CONGRÈS INTERNATIONAL
100 ANS
PÈRE MANUEL ANTUNES, sj

REPENSER LE PORTUGAL, L’EUROPE ET LA MONDIALISATION

 

DATES: 3, 4, 5 et 6 novembre

LIEUX: Fondation Calouste Gulbenkian (Lisbonne) et Centre Culturel (Sertã)

Le Père Manuel Antunes, sj, (1918-1985) est considéré l’un des penseurs et des pédagogues les plus remarquables du XXe siècle portugais. Il a enseigné plusieurs générations d’étudiants, environ 15 milles, qui ont suivi les unités d’enseignement qu’il a enseigné à la faculté des lettres de l’Université de Lisbonne, de 1957 jusqu’à la morte, en 1985. Comme le confirme les témoignages qui nous sont parvenus, Manuel Antunes est une référence en tant que pédagogue et en tant qu’herméneute habile et prospectif de la culture et des sociétés classiques et contemporaines. De nos jours, il est encore évoqué avec nostalgie et il est vu comme un modèle de pensée et de sagesse pour ceux qui l’ont eu comme professeur et ceux qui ont eu le privilège de priver avec lui.

Il s’est aussi démarqué en tant que directeur de la revue Brotéria, une publication de la Compagnie de Jésus, où il a écrit des centaines d’articles, en utilisant 126 pseudonymes, sur les sujets les plus différents de culture historique, religieuse et philosophique, aussi bien que sur des sujet d’actualité politique, sociale et littéraire. Ses textes, beaucoup d’entre eux encore lus et cités de nos jours, sont à l’origine de plusieurs livres, devenus une espèce de clef de lecture des aspects les plus importants du monde contemporain, pensons, par exemple à Indicadores de Civilização e Repensar Portugal [Indicateurs de Civilisation et Repenser le Portugal].

Le Père Manuel Antunes nous a légué une pensée très fine et avancée sur le Portugal et l’Europe, sur la relation avec le monde dans un processus de mondialisation. La réflexion de Manuel Antunes est présente dans un grand nombre de textes, quelques-uns avec un caractère prospectif, qui sont lus encore aujourd’hui avec grand bénéfice, car ils gardent une importante actualité. D’ailleurs, Manuel Antunes a su anticiper, dans les années 60 et 70 du XXe siècle, avec une finesse et lucidité extraordinaires, des dérives, des problèmes et des issues de la vie portugaise et internationale. Nous sommes surpris aujourd’hui par des questions, des réflexions et des propositions qui peuvent bien aider dans l’urgence de repenser le Portugal, l’Europe et notre monde actuel, touché par une immense incertitude.

Après la réalisation d’un premier congrès, en 2005, sur la vie et l’œuvre du Père Manuel Antunes, à la Fondation Calouste Gulbenkian et au Centre Culturel de Sertã, et la conclusion de la présentation de son Œuvre Complète, publiée par la Fondation Calouste Gulbenkian en 2012, il s’avère d’une grande importance signaler les 100 ans de la naissance de cette figure majeure de la pensée avancée au Portugal avec un événement scientifique international pour, ayant comme référence les grands sujets de la réflexion de Manuel Antunes, penser les grands thèmes et problèmes de notre pays, en les articulant avec les grandes questions de l’Europe et du monde globalisé où nous vivons.

 

OBJECTIFS

  • Approfondir la connaissance de la vie et du magistère pédagogique, intellectuel et spirituel du Père Manuel Antunes;
  • Revisiter, connaître et comprendre les grands thèmes et problèmes de l’œuvre du Père Manuel Antunes;
  • Situer l’œuvre et la pensée de Manuel Antunes dans la Compagnie de Jésus et dans le cadre de son héritage spirituel et scientifique, au sein duquel la revue Brotéria est devenue une référence au Portugal;
  • Analyser les discours autour de l’identité portugaise, ayant comme référence des textes de Manuel Antunes écrits sur le Portugal, son histoire, ses dérives présentes et les défis de l’avenir;
  • Analyser des sujets et des problèmes de la culture politique au Portugal dans la perspective des diagnostiques et des chemins signalés par le Père Manuel Antunes;
  • Penser l’éducation au Portugal et les défis que l’intégration européenne et la mondialisation proposent, dans le cadre de l’effort d’adaptation des contenus et des méthodes, aux défis de la mentalité et des sociétés technologique contemporaines;
  • Réfléchir sur les grands thèmes et problèmes qui se posent, en plein XXIe siècle au Portugal et à l’Europe, dans le contexte d’une mondialisation accélérée;
  • Contribuer à penser le monde, la vie et les aspirations psychologiques, mentales et spirituelles de l’humanité de nos jours, sous le défi du soin de la nature, du besoin de faire face aux progrès techniques et scientifiques et de l’émergence des société numériques, dans lesquelles l’hyper-information est devenu un capital décisif;
  • Penser le processus de robotisation du monde et de l’émergence de la soi-disant époque du post-humain.
CONFERENCISTAS CONVIDADOS [1]
  • Adelino Cardoso (Universidade Nova de Lisboa)
  • Adérito Fernandes Marcos (Universidade Aberta)
  • Adriana Veríssimo Serrão (Universidade de Lisboa)
  • Aires Augusto do Nascimento (Universidade de Lisboa)
  • Alejandra Vitale (Universidade de Buenos Aires)
  • Ana Lúcia Curado (Universidade do Minho)
  • Annabela Rita (Universidade de Lisboa)
  • António Araújo (Universidade Católica Portuguesa)
  • António Trigueiros (Revista Brotéria)
  • António Vaz Pinto (Revista Brotéria)
  • António Ventura (Universidade de Lisboa)
  • Arlindo Oliveira (Universidade de Lisboa)
  • Bruno Cardoso Reis (ISCTE – Instituto Universitário de Lisboa)
  • Carlos Cabecinhas (Santuário de Fátima)
  • Carlos Fiolhais (Universidade de Coimbra)
  • Celso Carminati (Universidade do Estado de São Paulo)
  • Christine Vogel (Universidade de Vechta)
  • Darlinda Moreira (Universidade Aberta)
  • David Pinto Correia (Universidade Aberta)
  • Domingos José Alves Caeiro (Universidade Aberta)
  • Eugénia Magalhães (Universidade Aberta)
  • Fabrice D’Almeida (Universidade de Paris II)
  • Francisco Pinto Balsemão (Universidade Nova de Lisboa)
  • Frédéric Gugelot (Universidade de Reims)
  • Henrique Leitão (Universidade de Lisboa)
  • Henrique Manuel Pereira (Universidade Católica Portuguesa)
  • Ilda Mendes (Universidade de Paris)
  • Isabel Baltazar (Universidade Nova de Lisboa)
  • Jacinto Jardim (Universidade Aberta)
  • Januário da Costa Gomes (Universidade de Lisboa)
  • Jean-Gabriel Ganascia (CNRS –Paris)
  • João Duque (Universidade Católica Portuguesa)
  • João Marques Costa (Universidade Nova de Lisboa)
  • João Relvão Caetano (Universidade Aberta)
  • Joaquim Cerqueira Gonçalves (Universidade de Lisboa)
  • José Bidarra (Universidade Aberta)
  • José Carlos Lopes de Miranda (Universidade Católica Portuguesa)
  • José Eduardo Franco (Universidade Aberta)
  • José Luís Carneiro (ICS – Universidade de Lisboa)
  • José Pacheco Pereira (Ensaísta)
  • José Paulo Leite Abreu (Universidade Católica Portuguesa)
  • José Pedro Serra (Universidade de Lisboa)
  • José Rosa (Universidade da Beira Interior)
  • Josiah Blackmore (Universidade de Harvard)
  • Júlio Martín (Universidade de Lisboa)
  • Leonel Ribeiro dos Santos (Universidade de Lisboa)
  • Leonor Xavier (Universidade de Lisboa)
  • Luís Filipe Barreto (Universidade de Lisboa)
  • Luís Salgado de Matos (ICS – Universidade de Lisboa)
  • Luísa Antunes Paolinelli (Universidade da Madeira)
  • Manuel Ferreira Patrício (Universidade de Évora)
  • Manuel José do Carmo Ferreira (Universidade de Lisboa)
  • Manuel Carmelo Rosa (Fundação Calouste Gulbenkian)
  • Manuel Curado (Universidade do Minho)
  • Manuel Sérgio (Universidade de Lisboa)
  • Marco Daniel Duarte (Santuário de Fátima)
  • Maria Alzira Seixo (Universidade de Lisboa)
  • Maria Beatriz Rocha-Trindade (Universidade Aberta)
  • Maria Luísa Ribeiro Ferreira (Universidade de Lisboa)
  • Marília Pulquério Futre Pinheiro (Universidade de Lisboa)
  • Mendo Castro Henriques (Universidade Católica Portuguesa)
  • Micaela Ramon (Universidade do Minho)
  • Michel Chandeigne (Escritor e Editor)
  • Miguel Sousa Tavares (Escritor)
  • Natália Ramos (Universidade Aberta)
  • Norberto Dallabrida (Universidade do Estado de Santa Catarina)
  • Paulo Ferreira da Cunha (Universidade do Porto)
  • Paulo Mendes Pinto (Universidade Lusófona)
  • Pedro Barbas Homem (Universidade de Lisboa)
  • Pedro Calafate (Universidade de Lisboa)
  • Pierre Antoine Fabre (EHESS-Paris)
  • Renato Epifânio (Universidade de Lisboa)
  • Sérgio Guimarães de Sousa (Universidade do Minho)
  • Teresa Cardoso (Universidade Aberta)
  • Teresa Pinheiro (Universidade de Chemnitz)
  • Valerie Devillard (Universidade de Paris II)
  • Vasco Pinto Magalhães (Revista Brotéria)
  • Vitalina Leal de Matos (Universidade de Lisboa)
  • Vítor Serrão (Universidade de Lisboa)
  • Vítor Silva (Instituto de Engenharia de Lisboa)
  • Viriato Soromenho-Marques (Universidade de Lisboa)

 

[1] Alguns nomes ainda estão sujeitos a confirmação.